Pour l’abrogation de la loi du 15 mars 2004

Le CFPE, avec une douzaine d’autres associations, lance un appel à mobilisation pour l’abrogation de la loi du 15 mars 2004 dite « sur les signes religieux dans les écoles publiques » : Rejoignez-nous !

Le CFPE s’est constitué au moment de la Commission Stasi, c’est-à-dire pendant la période qui a précédé l’élaboration puis le vote de cette loi. Il s’agissait alors de s‘opposer  à une loi  dirigée, de fait, contre le seul « foulard » dit islamique, mais qui a eu quelques effets collatéraux, par exemple sur les élèves sikhs. Les prises de position divergentes  concernant cette  loi ont conduit à une rupture à l’intérieur du mouvement
féministe. Dix ans après, les oppositions n’ont fait que se renforcer.

Cette loi, qui prétendait protéger les jeunes filles des hommes de leur entourage, a, depuis,  montré son véritable visage, une loi d’exclusion, dont il est temps de faire le bilan :
1) Elle a constitué une première étape vers une multiplication de mesures discriminatoires partant d’une interprétation dévoyée de la laïcité exigeant l’invisibilité des signes religieux au-delà des fonctionnaires.
Cette interprétation relevant d’une islamophobie d’Etat va s’étendre en visant au premier chef les femmes musulmanes :
– 2008 : affaire Baby-Loup ;
– loi de 2010 interdisant le port du voile intégral dans l’ « espace public » ;
– circulaire Chatel de 2011, interdisant aux mères voilées d’accompagner les enfants dans les sorties scolaires ;
– début 2013 : proposition de loi visant à l’interdiction du voile pour les employé-e-s des établissements privés de la petite enfance, ainsi que pour les nounous travaillant à domicile ;
– et depuis, en vrac, évocation de l’éventuelle adoption de lois réglementant le port du voile en entreprise, l’interdiction du port du voile à l’université, etc.
De fait, les femmes portant foulard sont discriminées partout (au travail, dans les organisations caritatives comme le Secours Populaire ou les Restos du cœur, à l’hôpital…). Dans les établissements scolaires, le port d’un bandana ou d’un bandeau, et /ou d’une jupe jugée trop longue est prétexte à exclure, hors de toute légalité (affaire Sirine).  On doit donc constater que loin d’apaiser les conflits et de protéger les femmes, la
loi de 2004 a été le déclencheur de comportements discriminatoires et haineux, qui y trouvent légitimation et déculpabilisation.
2) Dans le même temps les agressions et les violences contre les femmes portant foulard sont allées en se multipliant. Selon le rapport 2012 du Collectif contre l’islamophobie en France CCIF), elles subissent 94 % des agressions islamophobes recensées qui vont, on le sait, en augmentant, et sont rarement sanctionnées par les pouvoirs publics. La longue série d’agressions physiques subies par des femmes portant le foulard
(Argenteuil, Reims, Orléans…) marquent un franchissement de plus dans la violence décomplexée.

Malgré la multiplication de ces agressions, discriminations, humiliations… ces femmes musulmanes, voilées ou non, continuent de manifester leur résistance et leur volonté d’être présentes comme citoyennes à part entière, de prendre part aux luttes, y compris les luttes spécifiques aux femmes, et d’être pleinement actives, à l’école et à l’université, au travail, dans les associations, les syndicats, dans les partis…

Dans ces conditions, il faut exiger l’abrogation de la loi scélérate de 2004, qui aux dires mêmes de nombreux-ses spécialistes du droit, doit être dénoncée comme anticonstitutionnelle et contraire à la Déclaration des Droits de l’Homme. Seule l’abrogation de cette loi et de toutes les lois et circulaires discriminatoires dont elle a été comme le coup d’envoi, pourra mettre un coup d’arrêt à l’expansion de l’islamophobie, à l’injustice et aux inégalités, ainsi qu’à la souffrance qui en découlent pour les femmes
musulmanes.

Contact pour signatures : Cfpe2004@yahoo.fr                          
Site : www.cfpe2004.fr/
1ers Signataires :
 
– CFPE (Collectif Féministes Pour l’Egalité)
– MTE (Mamans Toutes Egales)
– ARDLFM (Association pour la reconnaissance des droits et libertés aux femmes musulmanes)
– PIR (Parti des Indigènes de la République)
– FUIQP (Forum Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires)
– AFD (Alliance for Freedom and dignity)
– PSM (Participation et spiritualité Musulmanes)
– STOP CONTROLE AU FACIES
– PACT (Participation Citoyenne)
– GP (Génération Palestine)
– UJFP (Union Juive Française pour la Paix)
– CEDETIM
– 8 MARS POUR TOUTES
– CCIPPP (Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien)
– 
AIX SOLIDARITE
– FEMMES PLURIELLES

– COLLECTIF LES MOTS SONT IMPORTANTS
– ASSOCIATION MEMORIA NORD
– FSQP (Forum Social des Quartiers Populaires)
– ACMMSE (Association Culturelle de la Mosquée de Montreynaud Saint-Étienne)
– PARTAGEUX
– STRASS (Syndicat du Travail Sexuel)
– FONDATION FRANTZ FANON
– COLLECTIF SORTIES SCOLAIIRES AVEC NOUS
– COMITE 15 MARS ET LIBERTES

– MPF (Musulmans Progressistes de France)
Les TumulTueuses
-AAW (American Against War)

 

 

 

Pdf de l’appel à télécharger :Abrogation loi 2004 (1)
 

6 réflexions au sujet de « Pour l’abrogation de la loi du 15 mars 2004 »

  1. Bonjour,

    Plusieurs points me chiffonnent à la lecture de cet article :
    – D’une part il me semble que les élèves Sikhs, tout comme les élèves musulmans, n’ont pas à montrer de signe distinctif religieux dans les établissements publics laïques.
    – D’autre part on mentionne la multiplication des agressions des femmes portant un foulard (qui serait une conséquence de cette loi), mais la multiplication des agressions de celles qui n’en portent pas, dans les citées, celles-là ne sont pas mentionnées, pourquoi ?
    – Enfin pourquoi est-ce si difficile aujourd’hui d’enlever le voile dans les établissements publics alors qu’hier ça ne présentait aucune difficulté ? Il y a une partie qui parle d’intégration dans le coran : j’invite les musulmans à la (re)lire.
    Merci

  2. Ping : Pour l’abrogation de la loi du 15 mars 2004 | L'Islam en France

  3. Il est enfin temps dans le pays des droits de l’homme de libérer la femme de toute loi lui imposant ce qu’elle doit faire ou ne pas faire, surtout concernant son look vestimentaire, et notamment il est temps de libérer la femme musulmane de la loi injuste du 15 mars 2004 qui a imposé à la femme musulmane d’enlever son voile malgré elle au nom de la liberté de la femme, une liberté restreinte laissant les autres choisir à la place de la femme, en violant par là la loi de laïcité qui se repose sur le respect et la liberté de religion et de conscience!
    On en a assez que des ignorants parle à notre place!
    Asse!Assez!Assez!

  4. Ils disent qu’elles sont des victimes, et ils les punissent.
    Ils disent qu’elles se soumettent à une autorité, et ils veulent les soumettre à leur autorité.
    Ils disent qu’elles affichent leurs appartenances, et ils matraquent leur propre appartenance politique.
    Ils disent qu’elles sont soumises, et ils ne leur donne pas la parole.
    Ils ne souffrent d’aucun problème social, et ils parlent de dignité.
    Ils parlent d’égalité, et ils font une loi spéciale pour elles.
    Ils parlent des musulmans, et ils les divisent.
    Ils parlent d’intégration, et ils inventent des problèmes.

    Ils sont irresponsables, stupides, et racistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Humain ou robot * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.