communiqué du C.F.P.E.                           
 
Nous Collectif des Féministes Pour l’Égalité,
Nous sommes en deuil.
Les morts du 13 novembre sont nos morts. Les mots sont toujours faibles pour exprimer l’horreur.
Ceux qui ont commis ces attentats l’ont fait pour qu’il y ait le maximum de victimes, quelles qu’elles soient. Parce qu’elles incarnaient leur cible, la France. Rien ne légitime à nos yeux cette inhumanité. Elle nous indigne en s’exerçant au nom de l’islam, au risque majeur de renforcer l’islamophobie et des mesures liberticides désastreuses pour l’ensemble des citoyen.nes de France, musulman.es ou pas.
Nous sommes  contre les violences de toute nature commises en France ;  contre les violences qui font quelques 150 morts par jour en Syrie depuis 4 ans et demi – produisant des centaines de milliers de réfugiés. 
Nous sommes en deuil de toutes les victimes des guerres – de la France à la Syrie,

en passant par le Liban, la Palestine, l’Afghanistan, la Libye, l’Irak le Yémen …

Nous ne sommes pas  en guerre. « Nous sommes solidaires »

 

Sur Najat Vallaud-Belkacem

Communiqué

Les propos tenus par certains courants politiques de droite et d’extrême droite à
l’encontre de Najat Vallaud-Belkacem, actuelle ministre de l’éducation nationale,
sont pour nous inqualifiables et insoutenables.
Certes, lorsqu’elle était ministre des droits des femmes, NVB n’avait donné
aucune suite à notre demande à être reçues par elle, alors que nous voulions
attirer son attention sur les agressions contre des femmes musulmanes voilées
dans la rue. Malgré les désaccords politiques que nous avons avec elle sur ces
questions, nous tenons à exprimer publiquement, en tant que Collectif des
féministes pour l’égalité (CFPE), notre indignation (non sélective) face aux
insultes à la fois sexistes et racistes dont elle est la cible, et notre solidarité avec
toutes celles et ceux qui luttent pour les droits à la justice et à l’égalité pour
toutes les femmes.

Paris, le 16 septembre 2014

Appel du 18 juin 2014 : Oui à la laïcité, non aux discriminations

Nous Femmes voilées interdites de sorties scolaires, mais aussi parents d’élèves, femmes, syndicalistes, politiques, militant-e-s associatifs, femmes et hommes politiques, intellectuel-le-s, citoyen-ne-s,  lançons un appel pour le respect de la laïcité et la fin des traitements discriminatoires

A l’heure où la France fait la Une des journaux du monde entier, où la patrie des droits humains est devenue la patrie du rejet des étrangers, des « autres », de toutes celles et de tous ceux qui ne correspondent pas à la norme dominante (blanc, homme, chrétien, riche…), nous lançons cet appel pour tenter un sursaut et faire émerger de l’intelligence, du désir d’être ensemble quelles que soient nos différences.

Parce que nous portons un foulard nous n’avons pas le droit d’accompagner nos enfants aux sorties scolaires, mais nous avons le droit de nous présenter aux élections de délégués de parents d’élèves, nous avons le droit de siéger dans les conseils d’écoles, nous avons le droit de participer aux activités dans l’enceinte de l’école mais nous sommes surtout les bienvenues pour faire des gâteaux…

Nous ne pouvons pas trouver les arguments cohérents pour expliquer cela à nos enfants, sans parler des doutes et interrogations qu’ils vivent chaque jour face à l’exclusion de leur mère.  Que penser à leur âge de la maltraitance subie par leur maman de la part de l’institution scolaire ?

Malgré la multiplication des agressions, des discriminations et des humiliations… que nous subissons chaque jour devant nos enfants, nos voisins, les parents d’élèves, les enseignants, nous poursuivons nos mobilisations et nos actions, pour que la laïcité, qui articule la neutralité des institutions et les libertés individuelles des citoyens, soit enfin respectée et appliquée.

Notre résistance face à toutes ces intimidations s’amplifie chaque jour afin de poursuivre notre but : Citoyennes de ce monde, nous revendiquons l’égalité pour toutes. Nous exigeons l’arrêt des traitements discriminatoires.

Rien ne nous fera reculer, nous sommes déterminées à être présentes, engagées à part entière dans cette société, à l’école comme dans nos quartiers, au travail comme dans nos familles. Partout où nos droits sont bafoués.

Nous, signataires de cet appel, demandons l’abrogation de la circulaire Chatel, cette circulaire sexiste et islamophobe, ainsi que toutes les lois et circulaires discriminatoires qui l’ont précédée.

Islamophobie, Discriminations, Sexisme, Injustice, Inégalités, Stigmatisation : Ça suffit.

Nous invitons les femmes, les parents d’élèves, la société civile, les journalistes, les intellectuels, les enseignants, les politiques, les mouvements féministes et les associations à nous rejoindre et à soutenir ce combat : celui de la laïcité, celui de l’égalité, à mettre fin à ces peurs sans cesse agitées favorisant la montée de l’extrémisme qui contribue à monter les populations les unes contre les autres.

 

Nous appelons à un rassemblement

le mercredi 18 juin à 14h

 devant le ministère de l’éducation nationale

afin d’exiger l’abrogation de la circulaire Chatel

à l’initiative des collectifs  « Mamans Toutes Egales », « Sorties Scolaires : avec Nous ! » et « Toi plus moi plus ma maman »

 

Premiers signataires :

Clémentine Autain Ensemble-FDG, Jean Baubérot Sociologue, Saïd Bouamama Sociologue, Hervé Bramy PCF, Patrick Braouezek Ensemble-FDG, Christine Delphy Sociologue, Fabrice Dhume Sociologue, Rokhaya Diallo Journaliste, Didier Fassin Anthropologue, Anissa Fathi MTE, Françoise Lorcerie Politologue, Noël Mamère EELV, Christine Poupin NPA, Raphaël Liogier Universitaire, Souiri Khadija Sorties Scolaires Avec Nous

Associations:

ARDLFM, CFPE, Collectif Les mots sont importants, Commission féministe du NPA, CRI, PIR, UJFP, 8 mars pour toutes

Pour l’abrogation de la loi du 15 mars 2004

Le CFPE, avec une douzaine d’autres associations, lance un appel à mobilisation pour l’abrogation de la loi du 15 mars 2004 dite « sur les signes religieux dans les écoles publiques » : Rejoignez-nous !

Le CFPE s’est constitué au moment de la Commission Stasi, c’est-à-dire pendant la période qui a précédé l’élaboration puis le vote de cette loi. Il s’agissait alors de s‘opposer  à une loi  dirigée, de fait, contre le seul « foulard » dit islamique, mais qui a eu quelques effets collatéraux, par exemple sur les élèves sikhs. Les prises de position divergentes  concernant cette  loi ont conduit à une rupture à l’intérieur du mouvement
féministe. Dix ans après, les oppositions n’ont fait que se renforcer.

Cette loi, qui prétendait protéger les jeunes filles des hommes de leur entourage, a, depuis,  montré son véritable visage, une loi d’exclusion, dont il est temps de faire le bilan :
1) Elle a constitué une première étape vers une multiplication de mesures discriminatoires partant d’une interprétation dévoyée de la laïcité exigeant l’invisibilité des signes religieux au-delà des fonctionnaires.
Cette interprétation relevant d’une islamophobie d’Etat va s’étendre en visant au premier chef les femmes musulmanes :
– 2008 : affaire Baby-Loup ;
– loi de 2010 interdisant le port du voile intégral dans l’ « espace public » ;
– circulaire Chatel de 2011, interdisant aux mères voilées d’accompagner les enfants dans les sorties scolaires ;
– début 2013 : proposition de loi visant à l’interdiction du voile pour les employé-e-s des établissements privés de la petite enfance, ainsi que pour les nounous travaillant à domicile ;
– et depuis, en vrac, évocation de l’éventuelle adoption de lois réglementant le port du voile en entreprise, l’interdiction du port du voile à l’université, etc.
De fait, les femmes portant foulard sont discriminées partout (au travail, dans les organisations caritatives comme le Secours Populaire ou les Restos du cœur, à l’hôpital…). Dans les établissements scolaires, le port d’un bandana ou d’un bandeau, et /ou d’une jupe jugée trop longue est prétexte à exclure, hors de toute légalité (affaire Sirine).  On doit donc constater que loin d’apaiser les conflits et de protéger les femmes, la
loi de 2004 a été le déclencheur de comportements discriminatoires et haineux, qui y trouvent légitimation et déculpabilisation.
2) Dans le même temps les agressions et les violences contre les femmes portant foulard sont allées en se multipliant. Selon le rapport 2012 du Collectif contre l’islamophobie en France CCIF), elles subissent 94 % des agressions islamophobes recensées qui vont, on le sait, en augmentant, et sont rarement sanctionnées par les pouvoirs publics. La longue série d’agressions physiques subies par des femmes portant le foulard
(Argenteuil, Reims, Orléans…) marquent un franchissement de plus dans la violence décomplexée.

Malgré la multiplication de ces agressions, discriminations, humiliations… ces femmes musulmanes, voilées ou non, continuent de manifester leur résistance et leur volonté d’être présentes comme citoyennes à part entière, de prendre part aux luttes, y compris les luttes spécifiques aux femmes, et d’être pleinement actives, à l’école et à l’université, au travail, dans les associations, les syndicats, dans les partis…

Dans ces conditions, il faut exiger l’abrogation de la loi scélérate de 2004, qui aux dires mêmes de nombreux-ses spécialistes du droit, doit être dénoncée comme anticonstitutionnelle et contraire à la Déclaration des Droits de l’Homme. Seule l’abrogation de cette loi et de toutes les lois et circulaires discriminatoires dont elle a été comme le coup d’envoi, pourra mettre un coup d’arrêt à l’expansion de l’islamophobie, à l’injustice et aux inégalités, ainsi qu’à la souffrance qui en découlent pour les femmes
musulmanes.

Contact pour signatures : Cfpe2004@yahoo.fr                          
Site : www.cfpe2004.fr/
1ers Signataires :
 
– CFPE (Collectif Féministes Pour l’Egalité)
– MTE (Mamans Toutes Egales)
– ARDLFM (Association pour la reconnaissance des droits et libertés aux femmes musulmanes)
– PIR (Parti des Indigènes de la République)
– FUIQP (Forum Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires)
– AFD (Alliance for Freedom and dignity)
– PSM (Participation et spiritualité Musulmanes)
– STOP CONTROLE AU FACIES
– PACT (Participation Citoyenne)
– GP (Génération Palestine)
– UJFP (Union Juive Française pour la Paix)
– CEDETIM
– 8 MARS POUR TOUTES
– CCIPPP (Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien)
– 
AIX SOLIDARITE
– FEMMES PLURIELLES

– COLLECTIF LES MOTS SONT IMPORTANTS
– ASSOCIATION MEMORIA NORD
– FSQP (Forum Social des Quartiers Populaires)
– ACMMSE (Association Culturelle de la Mosquée de Montreynaud Saint-Étienne)
– PARTAGEUX
– STRASS (Syndicat du Travail Sexuel)
– FONDATION FRANTZ FANON
– COLLECTIF SORTIES SCOLAIIRES AVEC NOUS
– COMITE 15 MARS ET LIBERTES

– MPF (Musulmans Progressistes de France)
Les TumulTueuses
-AAW (American Against War)

 

 

 

Pdf de l’appel à télécharger :Abrogation loi 2004 (1)
 

Agressions de femmes voilées à Argenteuil!

Le jeudi 13 juin dernier, une femme musulmane voilée a été agressée à Argenteuil avec une telle violence qu’elle vient de perdre son bébé.

Ces agressions se multiplient ; les victimes en sont des femmes musulmanes portant le foulard ; le silence qui les entoure est effrayant, accablant. Les violences contre les femmes se développent, aujourd’hui comme hier, sur le terreau d’un silence qui banalise et tue.

Le Collectif des Féministes pour l’Egalité dénonce les attaques qui visent spécifiquement les femmes musulmanes –parce qu’elles sont femmes et parce qu’elles sont musulmanes ; et demande un traitement médiatique et juridique de ces agressions adéquat, fondé sur la loi et le souci de la paix civile. Un traitement adéquat commencerait par dénoncer les rodomontades islamophobes qui émaillent le discours public : car comment ne pas établir de lien entre ces déclarations hostiles et la recrudescence d’agressions « motivées » par la religion –visible- des victimes ?

En tant que féministes nous nous étonnons du silence des autres féministes. Auraient-elles eu une telle absence de réactions si des femmes non voilées avaient été agressées par des « barbus » ? Sans doute pas. Ce deux poids deux mesures est insupportable, et il donne à voir l’impact profond du racisme qui vise les musulmans et surtout les musulmanes.

C’est pourquoi nous souhaitons rencontrer dans les meilleurs délais les représentants du gouvernement ayant en charge les questions relatives aux femmes et relatives à la sécurité.

Nous nous joignons à l’appel au rassemblement prévu le samedi 22 juin à 15 heures devant la sous-préfecture d’Argenteuil, 2 rue Alfred Labrière (face à la gare d’Argenteuil).

Paris le 20 juin 2013

Manifestation «Mamans toutes égales» : samedi 18 mai 2013 à 14 h devant l’UNICEF

Pour la défense de la laïcité, de la liberté d’expression et de l’égalité de traitement ! Non à l’islamophobie ! Non à l’exclusion des mères, portant un foulard, de l’école !



LES FAITS

Le rapport 2012 de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH) confirme l’inquiétante montée des sentiments et des actes antimusulmans en France. Les femmes en sont les principales victimes. Selon le rapport 2012 du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), elles subissent 94 % des agressions islamophobes recensées.

Dans le même temps, les discriminations déjà en place se maintiennent. Le collectif Mamans toutes égales (MTE) continue ainsi de recenser et de défendre les nombreuses mères portant un foulard exclues illégalement de l’accompagnement des sorties scolaires et de toutes les activités parascolaires sous les yeux de leurs enfants. Une stigmatisation générant humiliation et souffrance, pour les mères et les enfants.

Le cas de Sirine, exclue par le conseil de discipline de son collège pour port de bandeau et de jupe trop longue, est édifiant.

DERRIÈRE LE MOT « LAÏCITÉ », LE RACISME

Lorsque des ministres exigent l’application de la laïcité alors que la Cour de cassation a reconnu la discrimination religieuse dont avait fait l’objet une salariée de la crèche Baby Loup (licenciée parce qu’elle portait le foulard), c’est l’islamophobie qui parle.

La particularité de l’islamophobie est de ne pas être reconnue pour ce qu’elle est : du racisme. Des mesures, qui ne visent en réalité que les musulman-e-s, sont masquées derrière une prétendue défense de la laïcité.

LA LAÏCITÉ C’EST L’ÉGALITÉ

La laïcité n’est pas une atteinte aux libertés religieuses. Au contraire, elle en est la garantie. Elle n’est pas l’athéisme obligatoire ou l’obligation d’invisibilité religieuse dans les lieux publics.

La loi de 1905 est claire : elle garantit la liberté de conscience et donc de croyance et d’expression (religieuse ou non, en public et en privé), en séparant l’État de l’organisation et du financement des cultes.

Le principe de laïcité définit que la France n’a pas de religion d’État et que les services publics ne peuvent être rattachés à une quelconque autorité religieuse. Cela ne concerne pas les activités personnelles ou professionnelles de chacune et chacun !

VOUS AVEZ DIT « CHANGEMENT » ?

Aujourd’hui, après une interminable série d’attaques politiques et législatives, encourageant la multiplication des agressions islamophobes, François Hollande et son gouvernement ne changent rien. Au contraire, ils multiplient les annonces :

-  proposition de loi, enregistrée à l’Assemblée nationale le 16 janvier 2013, visant à étendre le principe de « neutralité religieuse » notamment aux assistantes maternelles, y compris à leur domicile, et aux structures d’accueil de la petite enfance,

-  mise en place d’un observatoire de la laïcité, composé de partisans d’une laïcité d’exclusion,

-  annonce d’une nouvelle loi d’exclusion, qu’ils appellent la « laïcité » au travail.

HALTE AUX DISCRIMINATIONS : ÉGALITÉ POUR TOUTES ET TOUS !

Concrètement, c’est le droit de participer à la vie publique, de travailler, de s’impliquer dans la scolarité de leurs enfants des femmes portant un foulard qui est bafoué. Ces mesures contribuent aussi à cautionner les agressions qu’elles vivent au quotidien et les excluent totalement de l’espace public.

De plus, alors que les discriminations sont déjà très nombreuses, il semble que l’exclusion des musulmanes et musulmans du monde du travail fasse partie de l’agenda gouvernemental : nous nous y opposerons !

C’est pourquoi nous exigeons :

-  l’abrogation de la circulaire Châtel en ce qu’elle recommande l’exclusion des mères portant un foulard de l’accompagnement des sorties scolaires ;

-  l’abandon des deux projets de lois d’exclusion annoncés.

Stop aux discours, aux actes, aux lois racistes et d’exclusion !

MOBILISONS-NOUS ! RDV – Samedi 18 mai 2013 14 heures Devant l’UNICEF, 1 rue Pierre Lescot, métro Châtelet-Les Halles

1ers signataires :
-  Salaam Sciences Po
-  Collectif féministe ROSA
-  ARDLFM (Association pour la Reconnaissance des Droits et Libertés à la Femme Musulmane)
-  CFPE (Collectif Féministes Pour l’Egalité)
-  PSM (Participation et Spiritualité Musulmanes)
-  PIR (Parti des Indigènes de la République)
-  MRAP Paris 19ème/20ème
-  CCIPPP (Campagne civile internationale pour la protection du peuple palestinien)
-  Collectif 8 mars pour Toutes
-  Collectif Les mots sont importants
-  AFD France (Alliance for Freedom and Dignity)
-  AEP (Les amis de l’école publique)
-  MCQM (Mouvement citoyen des quartiers de Montreuil)
-  NPA (Nouveau parti anticapitaliste)
-  CRI (Coordination contre le racisme et l’islamophobie)
-  CEDETIM/IPAM (Centre d’études et d’initiatives de solidarité internationale)
-  UJFP (Union juive française pour la paix)
-  HM2F (Homosexuels musulmans de France)
-  CGT Sony DADC France
-  Les Tumultueuses
-  Alternative Libertaire
-  CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France)
-  MPF (Musulmans progressistes de France)
-  G.A.R.C.E.S (Groupe d’Action et de Réflexion Contre l’Environnement Sexiste)
-  CMF (Collectif des musulmans de France)
-  FTCR (Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives)
-  Parti EGALITE (Belgique)
-  ATMF (Association des travailleurs maghrébins de France)
-  Les Alternatifs
-  Militants et sympathisants du Front de Gauche contre l’islamophobie
-  Commission Islam&Laïcité

 

Cour de cassation et Baby Loup

COMMUNIQUE DE PRESSE Suite à la décision de la Cour de cassation d’annuler le  licenciement d’une salariée voilée

le communiqué de presse ARDLFM (Association pour la Reconnaissance des Droits et Libertés aux Femmes Musulmanes) concernant la décision de la Cour de cassation d’annuler le licenciement d’une salariée voilée et ses suites.
à télécharger:
Communiqué presse Cour cassation et Baby Loup