‘’2004-2014, le CFPE lutte toujours’’

Pour clôturer son cycle d’activités 2014,
le Collectif Féministes Pour l’Egalité vous invite à une rencontre publique
le samedi 18 octobre 2014 de 9h30 à 17h
à la Maison Fraternelle, 37, rue Tournefort – 75005 Paris. M° Monge.
Programme :  
Matinée :

1)  Interventions introductives des présidentes successives du CFPE sur le sens de leur
engagement.
2)   Présentation par une chercheuse de l’université Nice Sophia Antipolis de l’état de la
recherche qu’elle entreprend pour le CFPE sur les retombées de la loi de mars 2004.
3) Témoignages « La loi du 15 mars 2004, un bilan humain et social alarmant », par des
lycéennes, chefs d’établissement, CPE, enseignant-e-s, femmes de quartiers populaires…

Pause de 12h30 à 14h

Après-midi :  

1)    Regards comparatifs sur les stigmatisations/exclusions : France, Belgique, Québec.
2)    Intermède artistique : performance « Femme voilée dans la boîte » de la plasticienne
artiviste  Sonia Merazga.
3)  Débat : « Bilan des engagements et des actions, perspectives renouvelées d’actions et
pistes de mises en réseau ».

Clôture à 17h

P.A.F. souhaitée : de 2 à 5 euros

www.cfpe2004.fr/                                                                   Cfpe2004@yahoo.fr

Sur Najat Vallaud-Belkacem

Communiqué

Les propos tenus par certains courants politiques de droite et d’extrême droite à
l’encontre de Najat Vallaud-Belkacem, actuelle ministre de l’éducation nationale,
sont pour nous inqualifiables et insoutenables.
Certes, lorsqu’elle était ministre des droits des femmes, NVB n’avait donné
aucune suite à notre demande à être reçues par elle, alors que nous voulions
attirer son attention sur les agressions contre des femmes musulmanes voilées
dans la rue. Malgré les désaccords politiques que nous avons avec elle sur ces
questions, nous tenons à exprimer publiquement, en tant que Collectif des
féministes pour l’égalité (CFPE), notre indignation (non sélective) face aux
insultes à la fois sexistes et racistes dont elle est la cible, et notre solidarité avec
toutes celles et ceux qui luttent pour les droits à la justice et à l’égalité pour
toutes les femmes.

Paris, le 16 septembre 2014

Appel du 18 juin 2014 : Oui à la laïcité, non aux discriminations

Nous Femmes voilées interdites de sorties scolaires, mais aussi parents d’élèves, femmes, syndicalistes, politiques, militant-e-s associatifs, femmes et hommes politiques, intellectuel-le-s, citoyen-ne-s,  lançons un appel pour le respect de la laïcité et la fin des traitements discriminatoires

A l’heure où la France fait la Une des journaux du monde entier, où la patrie des droits humains est devenue la patrie du rejet des étrangers, des « autres », de toutes celles et de tous ceux qui ne correspondent pas à la norme dominante (blanc, homme, chrétien, riche…), nous lançons cet appel pour tenter un sursaut et faire émerger de l’intelligence, du désir d’être ensemble quelles que soient nos différences.

Parce que nous portons un foulard nous n’avons pas le droit d’accompagner nos enfants aux sorties scolaires, mais nous avons le droit de nous présenter aux élections de délégués de parents d’élèves, nous avons le droit de siéger dans les conseils d’écoles, nous avons le droit de participer aux activités dans l’enceinte de l’école mais nous sommes surtout les bienvenues pour faire des gâteaux…

Nous ne pouvons pas trouver les arguments cohérents pour expliquer cela à nos enfants, sans parler des doutes et interrogations qu’ils vivent chaque jour face à l’exclusion de leur mère.  Que penser à leur âge de la maltraitance subie par leur maman de la part de l’institution scolaire ?

Malgré la multiplication des agressions, des discriminations et des humiliations… que nous subissons chaque jour devant nos enfants, nos voisins, les parents d’élèves, les enseignants, nous poursuivons nos mobilisations et nos actions, pour que la laïcité, qui articule la neutralité des institutions et les libertés individuelles des citoyens, soit enfin respectée et appliquée.

Notre résistance face à toutes ces intimidations s’amplifie chaque jour afin de poursuivre notre but : Citoyennes de ce monde, nous revendiquons l’égalité pour toutes. Nous exigeons l’arrêt des traitements discriminatoires.

Rien ne nous fera reculer, nous sommes déterminées à être présentes, engagées à part entière dans cette société, à l’école comme dans nos quartiers, au travail comme dans nos familles. Partout où nos droits sont bafoués.

Nous, signataires de cet appel, demandons l’abrogation de la circulaire Chatel, cette circulaire sexiste et islamophobe, ainsi que toutes les lois et circulaires discriminatoires qui l’ont précédée.

Islamophobie, Discriminations, Sexisme, Injustice, Inégalités, Stigmatisation : Ça suffit.

Nous invitons les femmes, les parents d’élèves, la société civile, les journalistes, les intellectuels, les enseignants, les politiques, les mouvements féministes et les associations à nous rejoindre et à soutenir ce combat : celui de la laïcité, celui de l’égalité, à mettre fin à ces peurs sans cesse agitées favorisant la montée de l’extrémisme qui contribue à monter les populations les unes contre les autres.

 

Nous appelons à un rassemblement

le mercredi 18 juin à 14h

 devant le ministère de l’éducation nationale

afin d’exiger l’abrogation de la circulaire Chatel

à l’initiative des collectifs  « Mamans Toutes Egales », « Sorties Scolaires : avec Nous ! » et « Toi plus moi plus ma maman »

 

Premiers signataires :

Clémentine Autain Ensemble-FDG, Jean Baubérot Sociologue, Saïd Bouamama Sociologue, Hervé Bramy PCF, Patrick Braouezek Ensemble-FDG, Christine Delphy Sociologue, Fabrice Dhume Sociologue, Rokhaya Diallo Journaliste, Didier Fassin Anthropologue, Anissa Fathi MTE, Françoise Lorcerie Politologue, Noël Mamère EELV, Christine Poupin NPA, Raphaël Liogier Universitaire, Souiri Khadija Sorties Scolaires Avec Nous

Associations:

ARDLFM, CFPE, Collectif Les mots sont importants, Commission féministe du NPA, CRI, PIR, UJFP, 8 mars pour toutes

Atelier Religion, Féminismes et Emancipation

Dans le cadre des dix ans du CFPE
nous vous invitons à l’atelier n° 2 du cycle 2014
Religion, Féminismes et Emancipation
Samedi 29 mars 2014 de 14 heures à 17 heures
à la Maison Fraternelle – 37, rue Tournefort 75005 Paris
– M° Place Monge –

Le thème « Religion, féminismes et émancipation », dans la perspective du
FSM de 2015, vise à  réfléchir sur la manière dont les luttes féministes
s’inscrivent dans un projet d’émancipation, en particulier dans un rapport
à la religion qui n’est pas réduit à un combat contre les religions, mais à la
production d’une dynamique redonnant toute leur place et toute leur
dignité aux femmes à l’intérieur des religions.
Il y sera question de luttes de femmes qui cherchent non pas à s’émanciper
du religieux, mais à émanciper le religieux de toutes les formes de
domination patriarcale, au nom de l’égalité.
Avec la participation de :
Hanane Karimi, porte-parole du collectif Femmes dans la mosquée ;
Monique Crinon, sur les luttes de femmes dans le catholicisme ;
– Une femme rabbin (sous réserve).

Contact : Cfpe2004@yahoo.fr

 

Pour l’abrogation de la loi du 15 mars 2004

Le CFPE, avec une douzaine d’autres associations, lance un appel à mobilisation pour l’abrogation de la loi du 15 mars 2004 dite « sur les signes religieux dans les écoles publiques » : Rejoignez-nous !

Le CFPE s’est constitué au moment de la Commission Stasi, c’est-à-dire pendant la période qui a précédé l’élaboration puis le vote de cette loi. Il s’agissait alors de s‘opposer  à une loi  dirigée, de fait, contre le seul « foulard » dit islamique, mais qui a eu quelques effets collatéraux, par exemple sur les élèves sikhs. Les prises de position divergentes  concernant cette  loi ont conduit à une rupture à l’intérieur du mouvement
féministe. Dix ans après, les oppositions n’ont fait que se renforcer.

Cette loi, qui prétendait protéger les jeunes filles des hommes de leur entourage, a, depuis,  montré son véritable visage, une loi d’exclusion, dont il est temps de faire le bilan :
1) Elle a constitué une première étape vers une multiplication de mesures discriminatoires partant d’une interprétation dévoyée de la laïcité exigeant l’invisibilité des signes religieux au-delà des fonctionnaires.
Cette interprétation relevant d’une islamophobie d’Etat va s’étendre en visant au premier chef les femmes musulmanes :
– 2008 : affaire Baby-Loup ;
– loi de 2010 interdisant le port du voile intégral dans l’ « espace public » ;
– circulaire Chatel de 2011, interdisant aux mères voilées d’accompagner les enfants dans les sorties scolaires ;
– début 2013 : proposition de loi visant à l’interdiction du voile pour les employé-e-s des établissements privés de la petite enfance, ainsi que pour les nounous travaillant à domicile ;
– et depuis, en vrac, évocation de l’éventuelle adoption de lois réglementant le port du voile en entreprise, l’interdiction du port du voile à l’université, etc.
De fait, les femmes portant foulard sont discriminées partout (au travail, dans les organisations caritatives comme le Secours Populaire ou les Restos du cœur, à l’hôpital…). Dans les établissements scolaires, le port d’un bandana ou d’un bandeau, et /ou d’une jupe jugée trop longue est prétexte à exclure, hors de toute légalité (affaire Sirine).  On doit donc constater que loin d’apaiser les conflits et de protéger les femmes, la
loi de 2004 a été le déclencheur de comportements discriminatoires et haineux, qui y trouvent légitimation et déculpabilisation.
2) Dans le même temps les agressions et les violences contre les femmes portant foulard sont allées en se multipliant. Selon le rapport 2012 du Collectif contre l’islamophobie en France CCIF), elles subissent 94 % des agressions islamophobes recensées qui vont, on le sait, en augmentant, et sont rarement sanctionnées par les pouvoirs publics. La longue série d’agressions physiques subies par des femmes portant le foulard
(Argenteuil, Reims, Orléans…) marquent un franchissement de plus dans la violence décomplexée.

Malgré la multiplication de ces agressions, discriminations, humiliations… ces femmes musulmanes, voilées ou non, continuent de manifester leur résistance et leur volonté d’être présentes comme citoyennes à part entière, de prendre part aux luttes, y compris les luttes spécifiques aux femmes, et d’être pleinement actives, à l’école et à l’université, au travail, dans les associations, les syndicats, dans les partis…

Dans ces conditions, il faut exiger l’abrogation de la loi scélérate de 2004, qui aux dires mêmes de nombreux-ses spécialistes du droit, doit être dénoncée comme anticonstitutionnelle et contraire à la Déclaration des Droits de l’Homme. Seule l’abrogation de cette loi et de toutes les lois et circulaires discriminatoires dont elle a été comme le coup d’envoi, pourra mettre un coup d’arrêt à l’expansion de l’islamophobie, à l’injustice et aux inégalités, ainsi qu’à la souffrance qui en découlent pour les femmes
musulmanes.

Contact pour signatures : Cfpe2004@yahoo.fr                          
Site : www.cfpe2004.fr/
1ers Signataires :
 
– CFPE (Collectif Féministes Pour l’Egalité)
– MTE (Mamans Toutes Egales)
– ARDLFM (Association pour la reconnaissance des droits et libertés aux femmes musulmanes)
– PIR (Parti des Indigènes de la République)
– FUIQP (Forum Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires)
– AFD (Alliance for Freedom and dignity)
– PSM (Participation et spiritualité Musulmanes)
– STOP CONTROLE AU FACIES
– PACT (Participation Citoyenne)
– GP (Génération Palestine)
– UJFP (Union Juive Française pour la Paix)
– CEDETIM
– 8 MARS POUR TOUTES
– CCIPPP (Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien)
– 
AIX SOLIDARITE
– FEMMES PLURIELLES

– COLLECTIF LES MOTS SONT IMPORTANTS
– ASSOCIATION MEMORIA NORD
– FSQP (Forum Social des Quartiers Populaires)
– ACMMSE (Association Culturelle de la Mosquée de Montreynaud Saint-Étienne)
– PARTAGEUX
– STRASS (Syndicat du Travail Sexuel)
– FONDATION FRANTZ FANON
– COLLECTIF SORTIES SCOLAIIRES AVEC NOUS
– COMITE 15 MARS ET LIBERTES

– MPF (Musulmans Progressistes de France)
Les TumulTueuses
-AAW (American Against War)

 

 

 

Pdf de l’appel à télécharger :Abrogation loi 2004 (1)
 

La table ronde du CFPE au FSM

Détermination et enthousiasme 

Ce sera Salle 12 nous a-t-on dit.

De salle 12 il n’y eut point, seulement une salle 2 déjà occupée pouvant accueillir une trentaine de participant-e-s au maximum. Négociation avec les autres occupantes pressenties, nous nous installons finalement à l’étroit mais soulagées. Il est vrai que la volonté de se respecter, de faire au mieux, de trouver des solutions, la gentillesse, furent les traits marquants du comportement des organisateurs et des 65 000 participant-e-s au Forum Social Mondial de Tunis. Les problématiques abordées, parmi lesquelles la question des femmes et du féminisme, ont été multiples.

Dans cette belle dynamique le CFPE a fait entendre son point de vue en organisant une table ronde autour d’une question simple dans l’énoncé : Dire « nous  féministes », quel sens cela a-t-il ? Peut-on même encore  le dire ?  Lire la suite

Différents et ensemble : comment faire société ? – 15 et 16 mai 2013

 Colloque Islam&Laïcité
15 et 16 mai 2013
 
Salle Jean Dame,   
17 rue Léopold Bellan 75002 Paris  
M° Sentier – ligne 3
 
Différents et ensemble : comment faire société ?

Islam, islamisme, immigration, intégration, banlieue : depuis des décennies, ces notions sont amalgamées les unes aux autres. En parallèle on assiste dans l’espace public à une essentialisation des grilles d’analyse.
On a d’abord parlé d’ethnicisation, aujourd’hui, le référent religieux est de plus en plus mobilisé pour expliquer les problèmes sociaux. Ainsi, «musulmans » devient un mot valise : lors de la campagne présidentielle de 2012, le président Sarkozy avait évoqué les «musulmans d’apparence », mêlant dans une même expression race, ethnicité et religion. Ce flou des concepts résulte d’un mouvement convergent du haut vers le bas, parole performative du politique et des médias) mais aussi des acteurs, du bas vers le haut, faisant que certaines populations ne sont identifiées que par certaines de leurs appartenances. Comment protéger le vivre ensemble, en particulier dans les quartiers populaires lorsque les analyses sont ainsi faussées ? Le modèle d’intégration est-il si défaillant dans les quartiers populaires ? Les difficultés des « musulmans » sont-elles dues à leurs appartenances religieuses ou culturelles ou davantage à leurs appartenances sociales ?

Programme :
Mercredi 15 mai : 14h-19h
14H : Accueil
14H30 : Mot d’ouverture de la présidente
d’Islam&Laïcité, Sonia Dayan-Herzbrun
14H45 – 16H15 : présidence Jean Baubérot
°  1ère intervention : Emancipation, sécularisation,
laïcité : Joël Roman
°  2ème intervention : Classes populaires,
immigration, communautarisme : Leyla Arslan
16H15 – 16H45 : Pause
16H45 – 18H45 :
° Table-ronde : Comment surmonter les préjugés et
déconstruire les représentations ? Joëlle Bordet,
Marwan Mohammed.  Modération : Ismahane
Chouder
° Intervention : Ecole, comment combattre les
discriminations ? « Faire société dans un collège
ethnicisé des quartiers nord de Marseille ».
Jean-François Bruneaud.  Modération : Gilles
Manceron
18H45 : mot de clôture de l’après-midi
Jeudi 16 mai : 19h-22h
19H – 20H30 : Modération : Louiza Belhamici
° 1ère intervention : « Réinscrire les habitants des
quartiers populaires dans l’espace commun ».
Michel Kokoreff
°  2ème intervention : « Emancipation : impasses et
alternatives ? ». Nacira Guénif-Souilamas
20H30 – 21H50 :
°  Table-ronde : Le rôle et les possibilités d’action
des politiques ? Alima Boumediène, Akli Mellouli,
Christophe Caresche, Yann Galut.  Modération :
Pierre Saly
21H50 : Mot de clôture du président d’honneur
d’Islam&Laïcité, Philippe Jessu

Entrée libre. Inscription préalable à secretariat@islamlaicite.org