Assemblée plénière du Forum social mondial de Tunis

 
« Nous » féministes : comment le dire ? Pouvons-nous le dire ?

FSM Tunis 2013 008

Se dire « féministes », suffit-il à dessiner les contours d’un projet commun suffisamment fort pour nous relier les unes aux autres de façon effective dans nos engagements et dans nos luttes ?
Car il n’y a pas « un » féminisme mais « des » féminismes qui marquent autant de voies différentes pour se libérer des tutelles et dominations patriarcales.
La  diversité traduit-elle une pluralité d’approches ou des fragmentations irréductibles ? Au-delà des révoltes partagées face aux violences de tous ordres subies par les femmes, quels combats partageons-nous en dépit des modalités singulières et  différentes que nous avons de  les mener ?
Avons-nous quelque chose à nous dire ensemble qui nous définit comme féministes ?
Le recours ou non à un référentiel religieux crée-t-il un obstacle infranchissable ?
L’accès à l’égalité des droits entre les hommes et les femmes constitue-t-il un référentiel commun ?
En quoi l’engagement dans des luttes féministes nous permet-il de dépasser les conflits de loyauté vécus par toute femme choisissant la voie de l’émancipation ?
Avancer sur ces questions entre femmes, féministes, tel est l’enjeu de la plénière à laquelle nous vous invitons le 28 mars de 13 à 15h30, salle S12, campus d’Al Manar.
Elle réunira :

Aminata Traoré (Mali)
Michèle Sibony de l’UJFP (France)
Marie-Laure Bousquet du CFPE (France)
Monique Crinon du CFPE (France)
Amel Ben Saïd (Tunisie)SA
Sabah Mat du collectif TETE (Belgique)
Sonia Dayan-Herzbrun de la Commission Islam&Laïcité (France)
Paola Baccheta (USA)

La modération/animation sera assurée par Louiza Belhamici et Ismahane Chouder du CFPE.
Résolues à défendre un féminisme pluriel, fières de notre mixité culturelle et sociale – le meilleur antidote contre l’exclusion et les replis communautaires étroits – nous affirmons notre détermination à conquérir le droit pour toutes les femmes de vivre dans un monde sans violence ni discrimination au prétexte du genre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Humain ou robot * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.