Cour de cassation et Baby Loup

COMMUNIQUE DE PRESSE Suite à la décision de la Cour de cassation d’annuler le  licenciement d’une salariée voilée

le communiqué de presse ARDLFM (Association pour la Reconnaissance des Droits et Libertés aux Femmes Musulmanes) concernant la décision de la Cour de cassation d’annuler le licenciement d’une salariée voilée et ses suites.
à télécharger:
Communiqué presse Cour cassation et Baby Loup

 

Bienvenue à l’Assemblée des Femmes du Forum Social Mondial le 26 mars 2013 à 10 h au campus universitaire à Tunis

FSM Tunis 2013 010

Bienvenue à l’Assemblée des Femmes du Forum Social Mondial
Le 26 mars 2013 à 10 h au campus universitaire à Tunis
Nous, Dynamique femmes tunisiennes du FSM , appelons les femmes du monde entier à se joindre à l’assemblée des femmes qui se tiendra le 26 Mars à 10H sous le thème :
« Femmes en lutte »
L’assemblée des femmes est un moment primordial pour nous femmes afin qu’on se retrouve toutes ensemble pour exprimer notre solidarité avec toutes les femmes en lutte et notre rejet du capitalisme sauvage et de tout modèle du développement qui nous chosifie, nous marginalise, nous violente, nous abandonne au chômage et à la précarité et nous exclue des lieux de décision et des richesses.
Nous voulons que notre présence soit aussi grande que sont nos luttes contre les discriminations et aussi diversifiée que sont les formes de violences que nous subissons et aussi importante que notre combat pour qu’un autre monde soit possible.
Faisons de cet espace un moment de partage d’expérience , de solidarité , un moment pour nous ressourcer de notre créativité militante, de notre combativité et des différentes formes de résistance et de lutte : lutte contre les violences à l’égard des femmes dans l’espace privé et publique ,au moment de conflits et de paix ; lutte contre la féminisation de la pauvreté et de la précarité ; lutte pour l’accès à la terre et au logement ; lutte pour nos droits sexuels et reproductifs ; lutte pour préserver notre planète et notre santé.
Nous voulons que notre présence dans la Tunisie de la dignité soit la voix de la révolution et non celle d’une voix de liberté à étouffer.
Portons ensemble la voix des femmes contre le patriarcat dominant et contre toutes les formes de fondamentalisme et d’intégrisme voulant s’approprier et contrôler nos corps.
Votre présence est l’expression de votre solidarité avec nous femmes tunisiennes et avec toutes les femmes de la région arabe en lutte pour que le processus révolutionnaire en cours soit celui des droits et des libertés et de la distribution juste des richesses. Soyons ensemble face aux défis, soyons ensemble pour nos droits universels indivisibles, pour notre dignité, notre citoyenneté, nos libertés.
Pour un monde égalitaire et juste ,pour des choix économiques en faveur de l’être humain et non à un système d’exploitation obéissant à une logique de profits , non aux dictats de la dette.
Soyons nombreuses, soyons solidaires, retrouvons nous le 26 Mars 2013 à 10H au campus
universitaire à Tunis.
Un autre monde est possible

 

Racisme en Europe; Blame pour la France

Message du Président
Je suis très heureux de vous présenter la dernière édition
du rapport alternatif sur le racisme en Europe du Réseau
européen contre le racisme (ENAR). Celui-ci est basé sur 26
rapports alternatifs nationaux, et offre une perspective cruciale
et unique de la société civile sur la situation du racisme et
de la discrimination en Europe, de mars 2011 à mars 2012.
Malheureusement, comme pendant les années précédentes, la discrimination raciale et
religieuse continue à affecter la vie de nombreuses minorités ethniques et religieuses dans l’ensemble de l’Europe et dans divers domaines, comme dans l’accès à l’éducation, à l’emploi, au logement, aux biens et aux services, ou dans la façon dont ils
sont traités par la police et le système judiciaire pénal. Ce rapport souligne particulièrement les expériences des communautés musulmanes et il s’agit de la première étude qualitative paneuropéenne sur l’islamophobie. L’islamophobie
décrit la crainte, les préjugés et la haine irrationnels envers l’Islam, les musulmans ou la culture islamique. Les données provenant des rapports alternatifs nationaux montrent que
l’islamophobie est répandue dans nombre de pays européens et que les préjugés croissants à l’encontre des musulmans sont souvent plus profonds que ceux éprouvés par d’autres groupes minoritaires religieux ou ethniques. Le rapport de cette année
met l’accent sur la vulnérabilité de ce groupe, qui est trop souvent au pire rejetée, et au mieux sous-estimée. Lire la suite

Sur Femen, Amina… et Louise Bourgeois, Rédaction par Joumana Haddad

Amina, une jeune militante tunisienne de Femen, est menacée de mort pour s’être affichée seins nus. Réaction de l’écrivaine libanaise Joumana Haddad, de la perplexité à la colère.


Source:Les Nouvelles /News
Je dois avouer que l’approche de Femen – utiliser la nudité pour lutter contre le patriarcat – m’a toujours laissé un sentiment de confusion. D’un côté, je me réjouis que les femmes reprennent et revendiquent le contrôle de leurs corps, dans une société qui les traite comme des objets aux mains des hommes, en toutes circonstances (célébration de la virginité, crimes d’honneur, lois religieuses misogynes…). Mais de l’autre j’ai toujours trouvé absurde, douteuse, la polarité forcée que cela crée entre femmes voilées et femmes surexposées. Comme si le patriarcat nous demandait, à nous femmes : « Alors, vous avez décidé ? Les seins ou la Burqa ? Il faut choisir. » Comme s’il n’y avait pas de troisième option.

En ce qui me concerne, je choisis de ne pas choisir. Je trouve ces deux stéréotypes sexistes, humiliants et contre-productifs. Et je trouve que la prétendue opposition entre eux n’est qu’une illusion d’optique : ils sont les deux faces de la même pièce, celle du patriarcat. La première fait de la femme un objet de tentation à utiliser ; la seconde un objet de tentation à éliminer. C’est pourquoi, malgré tout mon respect pour Femen et pour leur lutte, et malgré mes positions très progressistes en matière de sexualité en général, et de sexualité féminine en particulier, je reste perplexe devant l’utilisation de la nudité féminine par Femen pour attirer l’attention sur les droits des femmes. Lire la suite

L’empowerment expliqué par des femmes du Blanc-Mesnil, par Carine Fouteau

L’empowerment expliqué par des femmes
du Blanc-Mesnil, par Carine Fouteau
Source: mediapart.fr
Article publié le samedi 2 mars 2013

Un quartier pauvre de la banlieue parisienne raconté
par un “je” pluriel d’habitantes qui en ont assez
que d’autres parlent à leur place. Sorti en février
2013 en librairies, Femmes des quartiers populaires,
en résistance contre les discriminations, publié aux
éditions Le Temps des cerises, fait le pari de
l’intelligence collective et participative, à un moment
où le gouvernement, et notamment le ministre de
la ville François Lamy, découvre les vertus de
l’empowerment.
Pendant deux ans, une trentaine de femmes se
sont réunies, une fois par mois, dans la maison
des Tilleuls au Blanc-Mesnil en Seine-Saint-Denis.
Menés par Zouina Meddour, chargée de la lutte
contre les discriminations à la mairie, et Saïd
Bouamama, sociologue, les échanges ont abouti à
ce livre énergique qui prend le contre-pied des
représentations dominantes dans lesquelles ne se
retrouve pas l’immense majorité des résidents de ces
zones à l’abandon mais néanmoins vivantes. [……]
Document à télécharger _médiapart-femmes-des-quartiers-populaires

Femen partout, féminisme nulle part, par Mona Chollet

Femen partout, féminisme nulle part
par Mona Chollet,  mardi 12 mars 2013
Source:monde-diplomatique

« Les musulmans semblent éprouver un sentiment de puissance virile à voiler leurs femmes, et les Occidentaux à les dévoiler », écrivait l’essayiste marocaine Fatema Mernissi dans Le Harem et l’Occident(Albin Michel, 2001). L’engouement des médias français pour des figures comme les Femen ou Aliaa El-Mahdy, l’étudiante égyptienne qui, en 2011, avait posé nue sur son blog (1), offre une nouvelle confirmation de la justesse de cette observation. On a pu voir sur France 2, le 5 mars, un documentaire consacré au collectif d’origine ukrainienne implanté en France depuis un peu plus d’un an (2), et un autre intitulé Aliaa, la révolutionnaire nue sur Public Sénat pour le 8 mars, Journée internationale des femmes.
Tant pis pour les milliers de femmes qui ont le mauvais goût de lutter pour leurs droits tout habillées, et d’offrir un spectacle moins conforme aux critères dominants de jeunesse, de minceur, de beauté et de fermeté. « Le féminisme, c’est ces femmes qui ont défilé dans les rues du Caire, pas les Femen ! Et sur ces femmes-là, je vois peu de documentaires TV », s’insurgeait sur Twitter, le 6 février dernier, la correspondante de France Inter en Egypte, Vanessa Descouraux. En France, les organisations féministes « se voient désormais plus souvent interpellées sur ce qu’elles pensent du mouvement d’origine ukrainienne que sur leurs propres actions » (3).

« Si tu montres tes nichons,
je reviens avec mon photographe »

Femmes, vous voulez vous faire entendre ? Une seule solution : déshabillez-vous ! En octobre 2012, en Allemagne, les réfugiés qui campaient devant la Porte de Brandebourg, au centre de Berlin, pour dénoncer leurs conditions de vie peinaient à attirer l’attention des médias. En colère, une jeune femme qui manifestait avec eux lança à un journaliste de Bild : « “Tu veux que je me mette à poil ?” Le journaliste acquiesce et promet de revenir avec son photographe. D’autres journalistes l’apprennent et voilà, la foule d’objectifs se réunit autour des jeunes femmes qui soutiennent les réfugiés. Elles ne se sont pas déshabillées, mais ont profité de l’occasion pour dénoncer le sensationnalisme des médias (4). » Lire la suite

Mercredi 3 avril à 18h30 – Blanc-Mesnil

Rencontre autour du livre « Femmes des quartiers populaires, en résistance contre les discriminations » avec et les femmes impliquées dans le projet d’écriture et en présence de Didier Mignot, maire du Blanc-Mesnil, Said Bouamama, Sabrina Bousekkine et Naïma Charaï, présidente de l’ACSE.

Ce livre est le fruit d’un travail avec un groupe de femmes du Blanc-Mesnil et Saïd Bouamama (sociologue) mené durant deux ans pour aboutir à l’écriture collective d’un livre sur leurs conditions de vie, leurs propositions pour sortir de l’impasse des discriminations… L’ouvrage est illustré de photographies en noir et blanc représentant ces femmes et leurs luttes.

Editions Le Temps des Cerises / 15 euros

Couv Desanti.qxd

Mercredi 3 avril à 18h30

A l’Hôtel de Ville du Blanc-Mesnil

Place Gabriel Péri – 93250 Le Blanc-Mesnil

Salle Roucaute

Infos : 01 48 67 45 80